UN PEU DE LECTURE PART II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

UN PEU DE LECTURE PART II

Message  jeuludo le Mer 22 Fév - 0:28

DOSSIER: LE POKER EN LIGNE EST-IL RIGGED (TRUQUÉ) OU PAS ? (PART 2)
RIGGED POKER : HYPOTHÈSES ET OBSERVATIONS

Maintenant que l'on a une explication logique possible, même si indémontrable, sur l'origine des bad-beats, on peut se poser une question :

Puisqu'on a une bonne raison d'expliquer les bad beats, pourquoi chercher à les expliquer par la riggitude des rooms de poker en ligne ?

La raison principale qui poussent certains à envisager que les dés sont pipés au poker online, est que certains types de bad beat suivent un pattern qui ne correspond pas à une réalité statistique démontrée.

Il est des choses qui attirent l'attention, parce qu'elles n'ont pas d'explication rationnelle, ou parce qu'elles apparaissent louche au delà de la simple question des tirages. Des signes qui semblent ne pas tromper.

CASHOUT DOWNSWING

Ainsi, l'un des cas les plus souvent observés par les joueurs convaincus que la salle truque le jeu, est la multiplication soudaine des badbeats et l'apparition d'un downswing (période de pertes majeures) juste après un cashout.

Il n'y a pas beaucoup d'explications rationnelles qui puissent expliquer qu'un type qui vient de retirer une partie de son butin se retrouve soudainement en période de malchance calamiteuse, alors que tout allait bien encore la veille. Et il n'y a en particulier aucune explication mathématique.

Nous pouvons envisager quelques facteurs psychologique : le cashout pourrait entrainer une sorte de mini-tilt inconscient, une modification subtile, imperceptible, de la manière de jouer... mais cela reste totalement à prouver.

D'autant que certains témoignages se recoupent et témoignent du fait que le downswing arrive exclusivement sur la room pour laquelle la personne a effectué un cashout.

Ainsi, des joueurs qui jouent sur plusieurs salles de poker différentes observent un taux de succès tout à fait ordinaire sur toutes les salles, sauf celles sur laquelle ils viennent de cashout.

À tout le moins, on ne peut pas nier que cela interpelle...

D'autant que cette fois encore, on peut trouver un mobile économique : "punir" le cashout, ou encore, essayer de "piquer" l'argent restant du joueur via le rake avant qu'il ne le cashout à nouveau.

ÉTRANGES CONSTATATIONS (1)...

Il m'est arrivé moi-même d'observer des choses surprenantes sur certaines tables de poker...

Je me souviens avoir été témoin, par exemple, sur certains freeroll, d'un pattern qui se reproduisait assez souvent et qui défie toute loi statistique.

Pour être précis, il s'agissait des freerolls 100K Guaranteed Qualifiers de PartyPoker.fr : sur ces freerolls, et sur ces freerolls seulement (ni sur les bankroll builder, ni sur les tournois de bienvenue), j'ai observé, plusieurs soirs d'affilée, un même pattern :

À chaque fois, en milieu de tournoi, un joueur (jamais le même d'un soir à l'autre) avec un stack correct bien que pas monstrueux, commençait à se mettre all-in rigoureusement à tous les tours.

Aucun fold, aucun check, aucun call, aucun raise qui ne soit pas all-in : c'était du all-in à chaque tour...

Et à chaque fois que ce joueur était suivi, il remportait systématiquement le tour au tirage, malgré une main particulièrement faible face à des joueurs aux mains corrects.

Le type pouvait se mettre all-in avec 52s par exemple face à AJ : il touchait une quinte. Avec 82o face à AK, il touchait un brelan de 8... avec 22 face à KK : il touchait un brelan, quand ce n'était pas une flush...

J'ai vu ainsi, plusieurs soirs de suite, ce genre de joueurs se mettre all-in de manière systématique sur une cinquantaine de mains, être suivis sur sept ou huit mains, montrer un jeu très médiocre, et remporter all-in l'intégralité de ces sept ou huit mains. Pas UN échec, même avec les mains les plus mauvaises.

Quelle est la probabilité qu'un joueur se mettant all-in à chaque main n'en perde pas une seule sur cinquante mains ? Quelle est la probabilité de remporter six ou sept tirages d'affilée avec des mains médiocres face à de très bonnes mains ?

Indiscutablement, ce genre de scénario défie toute loi statistique.

Ou bien ce joueur à une chance extraordinaire, ou bien il y a quelque chose de louche.

Et quand on observe cette même chance, arriver sur plusieurs joueurs, au travers de plusieurs soirs, toujours sur les mêmes tournois, avec toujours le même pattern, toujours au même moment du tournoi... il y a de quoi s'interroger.

À noter que ces joueurs n'ont d'ailleurs jamais fini qualifiés. Typiquement, ils se mettaient à jouer ainsi quand il restait environ 150-200 joueurs sur les 800 du début, multipliaient leur stack par 10 et éliminaient facilement une bonne quinzaine de joueurs, puis finissaient éliminés autour des places 30 à 50 (seuls les 10 premiers sont qualifiés).

Une hypothèse serait qu'ils ne sont pas là pour gagner, mais que leur unique mission était de sortir des joueurs que la salle ne souhaite pas voir qualifiés...

L'hypothèse du hasard ne peut pas être écartée non-plus. Il n'empêche... il est légitime de rester circonspect face à ce genre d'observations.

ÉTRANGES CONSTATATIONS (2)...

Une autre observation étrange est que plusieurs personnes - moi le premier - ont constaté une période de gain (upswing) lors de leur inscription sur une salle de poker, suivi d'une période de perte de l'intégralité des gains collectés, et éventuellement plus encore si aucune mesure n'est prise pour stopper l'hemorragie.

J'ai moi-même fait plusieurs salles de poker : Cake Poker, PokerStars.com, PartyPoker.com, PartyPoker.fr... j'ai pu constater ce scénario à CHAQUE fois : ma bankroll commence par monter de manière assez facile et satisfaisante, avant de plonger aussi vite qu'elle est montée...

Ainsi sur PartyPoker.fr par exemple, je suis passé en quelques jours de 40€ à 60€, avant de redescendre tout aussi vite à 30€ avec une impressionnante série de badbeats... puis de remonter à 40€. Puis, quoique je fasse, je restais break even aux alentours de 40€ (oscillant toujours entre 35 et 45), à l'aide toutefois de quelques freerolls. Tout gain est suivi de la perte équivalente de manière quasi-immédiate...

Je parle de mon cas, mais cet exemple est très connu des joueurs de poker. C'est même un serpent de mer classique du poker en ligne : on lui attribue parfois le sobriquet de "cashin upswing".
Nombreux sont les joueurs à avoir théorisé, à partir de leur propre expérience, que le fait de déposer tendait à augmenter provisoirement les chances de réussite : c'est donc un peu l'inverse du cashout downswing.

L'avantage est qu'un joueur qui commence par gagner tombera nettement plus facilement dans l'addiction.

Là encore, il y a un avantage économique certain :

Le joueur break-even génère (proportionnellement) beaucoup de rake.
Le joueur qui commence sa carrière par un upswing tend à se surestimer et à se convaincre qu'il est un bon joueur de poker, qu'il est potentiellement gagnant, que "c'est possible" : il reste donc à jouer. Tant qu'il ne sera pas broke, il jouera. Et là rebelote : grosse génération de rake. Peut-être même que s'il finit broke, il osera re-cashin, puisqu'il est persuadé de pouvoir être gagnant (après tout il a vu sa bankroll monter de ses propres yeux).
Le joueur qui cesse de monter et reste break-even voire en légère perte n'osera pas trop cashout : il espère toujours se refaire et attends toujours de gagner "au moins un peu" pour cashout : il est difficile d'admettre qu'on a perdu des dizaines d'heures et généré des dizaines d'euros de rake pour en être exactement au même point et n'avoir gagné quasiment pas un kopek, et de se dire "j'arrête là"
Le cashin upswing crée des joueurs captifs, qui deviennent facilement addict. C'est vraiment un phénomène connu de tous les psychologues comportementalistes : il s'agit d'un conditionnement opérant que les psychologues appellent "à renforcement positif" : plus un comportement entraine un résultat agréable, plus son occurrence est renforcée. Au contraire, s'il entraine un résultat désagréable, on l'abandonne nettement plus vite. Classique. On connait tous ça. Mais ce qu'on a tendance à ignorer, c'est que si un comportement entraine d'abord des résultats positifs, il faudra beaucoup, beaucoup plus de résultats négatifs avant de commencer à l'abandonner. C'est un fait connu de tous les addictologues, et notamment les addictologues du jeu. Quasiment tous les gens dépendant aux casinos ont commencé par gagner quelques milliers d'euros sur une machine à sous, avant de tout perdre et de finir ruinés.
Cela peut marcher de la même manière pour le Poker.
Éventuellement, à un moment ou un autre, le rake - ou le tilt - finiront par avoir raison de sa bankroll et il finira dans la longue liste de ceux qui ont investi des sous dont l'intégralité aura fini dans la poche de la salle de poker.
Une fois encore, rien ne prouve que c'est ce qui se passe. C'est juste une hypothèse plausible.

La liste d'avantages potentiels pour la salle n'est que cela : une liste d'avantages potentiels.

Disons que si une room s'amusait à pratiquer ce genre de méthodes, il ne faudrait pas chercher plus loin les bénéfices qu'elle en tire.

_________________
10/117 ORNANS juin 2013
5/175  SEURRE mai 2011
avatar
jeuludo

Messages : 152
Date d'inscription : 11/10/2010
Age : 37
Localisation : Gennes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum